BZHNetOF290606Il y a 10 ans naissait le réseau BZH Network, porté par l’émergence des réseaux sociaux. Les premiers échanges ont tout d’abord eu lieu sur Viaduc, l’ancêtre de Viadéo. Puis, Facebook est arrivé et les supports d’échanges se sont diversifiés … 

Aujourd’hui, nous sommes plus de 10.000 membres à présenter notre profil sous la bannière BZH Network et à échanger sur le réseau: 6300 sur Viadéo, 3000 sur Facebook et 1300 sur Linkedin.

BZH Network a été la première initiative à consolider la conscience collective bretonne à l’échelle planétaire en utilisant les nouveaux outils réseaux du Web 2.0 avec la volonté de bâtir « l’intelligence collective bretonne en réseau« .

Cette initiative a permis de relancer et de dynamiser la diaspora bretonne dont les organisations étaient vieillissantes. New-York en a été le meilleur exemple et le Japon s’est imposé dans le décor, suivi par d’autres d’associations locales dans chacun des pays pour organiser tout d’abord la Saint-Patrick irlandaise, puis la Fête de la Bretagne appuyée par la Région Bretagne sur tous les continents.

Nous avons également été très actifs dans les réseaux professionnels puis économiques afin de promouvoir la Bretagne à l’international ; celle historique et vivante, constituée de ses 5 départements incluant la Loire-Atlantique.

BZH Network est certes un réseau social mais nous avons aussi eu l’audace de porter des messages responsables (réunification, internationalisation …), devenant mouvement civique avec pour ambition de projeter la Bretagne et les Bretons dans la modernité, sans renier notre identité collective et nos pratiques de solidarité.

En ce début d’année, nous souhaitons surtout vous adresser nos voeux bretons les plus chaleureux : Bloavezh Mat !

Que la Bretagne soit confiante dans sa capacité à s’organiser et à construire de nouvelles formes de réseaux et de pouvoirs. Pays historiquement tourné vers la mer, c’est désormais au tour de nos trois métropoles urbaines bretonnes – Nantes, Rennes et Brest – de nous relier aux grandes dynamiques de l’humanité, en collaboration avec l’ensemble de la Bretagne et les talents de la diaspora bretonne.

BZH Network
bzhnetwork@gmail.com

« Tout pays tourné vers la mer se réforme car il est habitué à recevoir le neuf venu du large, et intègre les innovations plus vite ; il glorifie la mobilité et les nomades. Alors que tout pays tourné vers la terre se protège dans ses châteaux forts et privilégie l’accumulation de rentes – il glorifie les racines et les sédentaires. », J. Attali

 

Publicités

speanOFInterview sur BZH Network dans le magazine économique Ecoréseau : « Du folklore aux affaires ». Les concepts d’intelligence collective et de démarche collaborative développés depuis le milieu des années 2000 sur le thème de la diaspora bretonne commencent tout juste à être reconnus par les institutions publiques.  L’année prochaine BZH Network fêtera ses 10 ans (2005-2015).  Allons nous enfin mettre en place en Bretagne un réseau social économique de type « Global Scot » ? Allons y en 2015 !

Article dans Ecoréseau

Article dans Ecoréseau

triyannreunificationBZH Network a soutenu la création du collectif d’artistes pour la réunification de la Bretagne. Une idée portée par Jean-Louis Jossic, membre du célèbre groupe Tri Yann, et mise en oeuvre par Claudie Poirier, l’animatrice de la Fête de la Bretagne (La Mutinerie).
Contacté, le réseau BZH Network a participé par la suite à la promotion de ce collectif sur les réseaux sociaux du web avec le succès que l’on sait.
Jean-Louis Jossic (Tri Yann), Claudie Poirier (La Mutinerie) et Stéphane Péan (BZH Network) s’étaient rencontrés lors de la dernière grande manifestation pour la réunification de la Bretagne qui avait réuni à Nantes le 19 avril 2014 près de 10000 personnes (voir photo ci-contre).

Ouest-France (4 Juin 2014): 300 créateurs ont rejoint Jean-Louis Jossic (Tri Yann) et les pointures de la scène bretonne

L’événement Facebook a été lancé fin mai, par des artistes bretons comme le Nantais Jean-Louis Jossic, chanteur du groupe Tri Yann, et des pointures de la scène bretonne comme Alan Stivell, Gilles Servat, Dan Ar Bras, Didier Squiban, Nolwenn Korbell, etc.

Créé dans l’urgence, à quelques jours de l’annonce du projet Hollande pour les régions, le collectif a lancé un appel à tous les créateurs favorables à la réunification de la Bretagne. L’appel a été relayé sur les réseaux sociaux avec la complicité de Claudie Poirier (fête de la Bretagne) et de BZH Network. L’opération est maintenant terminée.

« En quatre jours, le collectif a rassemblé plus de 300 signatures », annonce Jean-Louis Jossic, qui ne sait pas si ce collectif, créé pour l’appel, sera pérennisé afin de mener d’autres actions.

Source: Ouest-France, 4 Juin 2014

Un collectif d’artistes bretons porté par Tri Yann exprime son soutien inconditionnel à un redécoupage territorial incluant la Loire-Atlantique à la Bretagne.


30 mai 2014 – 12h45- Tant d’années de lutte argumentée pour la réunification de la Bretagne, tant de sondages confirmant que les habitants de Loire-Atlantique la veulent à 65%, tant de vœux de municipalités et des élus de la région administrative bretonne, tant de manifestations populaires à Nantes, tant de densification des rapports politiques, économiques et culturels développés entre les métropoles de Nantes et Rennes…

 Et voilà que l’Histoire s’accélère avec le projet de réforme territoriale et la compréhension que la France ne peut plus tenir son rang en Europe avec le millefeuille qu’elle traîne.

 Nous, Bretons avons cette chance (que n’ont que peu de régions) de préexister, affirmant un projet réaliste et de poids, et mettant fin positivement à la création artificielle des Pays de Loire, en permettant la construction d’une véritable Normandie, d’une vraie région Val de Loire et d’une région Poitou-Charentes cohérente ; toutes réunions d’un poids équivalent aux grandes régions européennes, tenant enfin compte des réels rapports humains, d’un même sentiment d’appartenance à un même groupe, condition sine qua non à un développement volontaire et efficace, au-delà des constructions administratives imposées et artificielles dont l’échec a fini par éclater au grand jour.

Panique à bord ! Les élus régionaux des Pays de Loire, de droite comme de gauche, aujourd’hui en plein discrédit, tentent de sauver leurs sièges et leurs indemnités dans les plus fous délires et le plus bâclé des bricolages, prônant une bidouille de Brest au Mans, voire de Quimper à Saintes avec la bénédiction de Sainte Ségolène, comme un magicien sort un lapin de son chapeau.

Depuis plus de trente ans, les femmes et les hommes de culture, les entrepreneurs, les élus de Bretagne se sont compris et rejoints pour bâtir ensemble le bel avenir que tentent d’empêcher par ambition personnelle quelques élus ligériens aux abois, et contre la volonté dite et redite de leurs concitoyens.

Nous TRI YANN, Nantais, sommes depuis toujours dans le mouvement collectif breton, avec les autres musiciens et artistes engagés dans la créativité bretonne que tant en France nous envient, porteurs d’une image positive et décomplexée qui contribue à l’attractivité bretonne.

Qu’enfin Brest, Nantes et Rennes et nos autres villes soient légitimées à multiplier les synergies jusqu’à présent créées à l’arrache, et transforment l’essai marqué de notre ouverture au monde !

Avec Alan Stivell, Nolwenn Korbell, Mariannig Larc’hantec, Dan ar Braz, Etienne Grandjean, Sylvain Barou, Alan Simon, Louis Capart, Yvon Etienne, Yves Ribis, Gilles Servat, Soig Sibéril, Roland Brou, Brieg Guerveno, Pat O May, les Frères Guichen, Thierry Moreau, Jean-Louis Le Vallégant, Jari-Jean-Claude Crystal, Gweltaz Ar Fur, Daonet, Taran Celt, Gweltaz Adeux, Karine Luçon et Bertrand Luçon-Avalon Celtic Dances, Christian Anneix, Frédérik Bouley, Clarisse Lavanant co-signataires de ce communiqué, nous appelons tous les artistes de Bretagne, mais aussi tous nos compatriotes, toutes les forces actives de nos cinq départements, à s’exprimer avec plus de force que jamais pour la renaissance de notre vraie Région, qui sera plus dynamique que jamais de par ses retrouvailles.

Et qu’on le fasse maintenant.

Car quels que soient les freins et comme le disait Victor Hugo : « On n’arrête pas une idée en marche… ».

 

Cet Appel initié par Claudie Poirier/La Mutinerie sera relayé sur les réseaux grâce au concours actif de BZH Network.

 

Le réseau social BZH Network souhaite prendre clairement position pour la réunification de la Bretagne avec le retour de la Loire-Atlantique en Région Bretagne.
Longtemps oublieux de leur histoire, les Bretons ont désormais l’opportunité de construire au plan politique une institution régionale forte, reposant sur un sentiment d’appartenance, capable de répondre aux grands enjeux modernes : globalisation de l’économie, métropolisation urbaine, solidarité entre individus, conversion écologique ou encore cosmopolitisme culturel …

La réforme territoriale menée actuellement par le gouvernement a pour ambition de moderniser l’action publique pour plus de performance. Les Départements devraient être supprimés à terme. Quant aux Régions, leur nombre va être réduit. Dans l’Ouest de la France, la Région artificielle des Pays de Loire est désormais sur la sellette. Pour nous Bretons, le temps est donc venu de créer une Assemblée Régionale de Bretagne fusionnant les compétences des 5 départements bretons actuels, en y incluant donc la Loire-Atlantique.

Depuis sa naissance, le réseau social BZH Network inscrit sa volonté d’intelligence collective dans la Bretagne historique (5 départements), connectant avec la diaspora bretonne. En 2010, un sondage sur notre réseau annonçait que plus de 82% de ses membres étaient favorables au retour de la Loire-Atlantique en Région Bretagne (sur 1415 votants).
Site du sondage : Voir le site

BZH Network, qui fêtera fin 2015 ses 10 ans d’existence, est le plus puissant réseau social breton sur le web. Il rassemble à ce jour près de 10000 membres (9068 inscrits) sur deux réseaux complémentaires: professionel (6321 membres, Viadéo) et amical (2747 membres, Facebook).

BZH Network est un réseau social breton globalisé ayant pour objectif de faciliter le partage d’expériences professionnelles et de connaissances entre ses membres. Cette initiative repose sur l’idée d’une intelligence collective en réseau, constitutive de l’identité bretonne contemporaine. Non partisan, BZH NETWORK est ouvert à toute personne, bretonne ou non, s’intéressant à l’avenir de notre région, habitant en Bretagne (incluant la Loire-Atlantique) ou dans d’autres régions ou pays du monde. La diaspora bretonne est au coeur de cette initiative, près de 50 pays sont déjà représentés sur le réseau.

Des membres de BZH Network viennent de s’unir pour lancer un nouveau groupe ayant pour objectif de renouveler les réflexions régionalistes en Bretagne. Alors que la Bretagne est de plus en plus influencée par les grandes tendances en cours – globalisation de l’économie, métropolisation urbaine et cosmopolitisme culturel -, nos grilles d’analyse et autres matrices de réflexion restent encore trop marquées par celles du CELIB de l’après-guerre, du mouvement culturel des années 70 et de manière générale le ruralisme. 
Il est grand temps de renouveler notre façon de penser et de reconnaître en tout premier lieu la modernité du fait urbain en Bretagne. Ainsi, comment penser la réunification de la Bretagne sans s’intéresser au dynamisme de nos trois métropoles urbaines en Bretagne?
Voir le site

BRETAGNE URBAINE, BRETAGNE MODERNE
Pour la reconnaissance du fait urbain en Bretagne

Réflexions collectives ouvertes à tous ceux qui veulent, par la reconnaissance du fait urbain, ouvrir de nouvelles perspectives au régionalisme breton.


Alors que nous vivons une nouvelle ère de modernité, marquée par l’importance croissante des mobilités de toute nature et de la mise en réseau des villes et des individus, la place des territoires est fortement remise en question.

A ce titre, les territoires qui se renforcent et développent des positions nouvelles dans ce monde de plus en plus globalisé et de plus en plus urbanisé, sont ceux qui savent s’organiser intelligemment en prenant appui tant sur leur identité collective, que sur leurs métropoles, comme c’est le cas par exemple de l’Ecosse ou de la Catalogne.

En France, la tradition jacobine, en privilégiant les territoires ruraux, communes et départements, a longtemps fait place nette, pour ne laisser s’affirmer qu’une seule métropole, Paris, limitant les capacités d’inscription directe dans la mondialisation aux territoires d’une autre échelle, régions ou métropoles régionales.

Un premier verrou a commencé à sauter, avec l’affirmation des métropoles et la reconnaissance enfin de l’importance du fait urbain hors Ile de France.

L’enjeu de la régionalisation commence à son tour à gagner une vraie légitimité dans le débat public et on peut espérer que ce verrou saute lui aussi prochainement.

C’est particulièrement vrai en Bretagne, où la prise de conscience de l’enjeu d’une véritable régionalisation commence à gagner une large partie de la société et du paysage politique régional, à tel point qu’imaginer que la Bretagne puisse bénéficier rapidement d’un statut différencié, n’a plus rien d’irréaliste.

Avec la reconnaissance récente des enjeux de développement métropolitain des trois grandes villes bretonnes, Brest, Rennes et Nantes, le contexte est vraiment idéal aujourd’hui pour réussir cette régionalisation.

Paradoxalement, les adversaires d’une telle démarche de régionalisation, parfaitement cohérente avec les enjeux du monde actuel, ne se trouvent plus uniquement parmi les tenants du vieux modèle jacobin. On les retrouve aussi largement dans un courant régionaliste, ayant repris le flambeau d’un combat anti-urbain à présent délaissé par l’Etat.

Il est temps de dépasser les vieilles fictions de terroir, ainsi que les réactions souvent conservatrices face aux perspectives de modernisation de notre société, qu’entretiennent depuis trop longtemps les cercles régionalistes bretons, à droite comme à gauche, car ce sont elles qui compromettent aujourd’hui la perspective d’une régionalisation réussie.
Affirmons au contraire une ambition régionaliste nouvelle, reconnaissant clairement les enjeux de développement urbain et métropolitain en Bretagne.

Contact: via Facebook ■

 

Page suivante »