Posts Tagged ‘diaspora’

speanOFInterview sur BZH Network dans le magazine économique Ecoréseau : « Du folklore aux affaires ». Les concepts d’intelligence collective et de démarche collaborative développés depuis le milieu des années 2000 sur le thème de la diaspora bretonne commencent tout juste à être reconnus par les institutions publiques.  L’année prochaine BZH Network fêtera ses 10 ans (2005-2015).  Allons nous enfin mettre en place en Bretagne un réseau social économique de type « Global Scot » ? Allons y en 2015 !

Article dans Ecoréseau

Article dans Ecoréseau

Publicités

Faut-il considérer le web comme un territoire virtuel ? Pour les collectivités  ce réflexe semble de mise. Et tout comme les politiques publiques visent le plus souvent à aménager leur territoire, ces collectivités pensent faire de même sur Internet. Beaucoup investissent  encore majoritairement dans des projets d’infrastructures physiques (fibres optiques, zones blanches, etc), partie prioritaire de leur plan « Économie numérique ».

Maintenant, si nous abordons le web davantage comme un espace sociopolitique, on observe d’intéressantes innovations. Ces usages, car c’est de cela qu’il s’agit, se construisent à l’intérieur de collectifs web. Dans le cas de la Bretagne, ces collectifs font vivre, développent et construisent une présence bretonne sur Internet. Cette Bretagne, qui n’est alors plus définie par des repères ou par des limites géographiques, devient, avec BZH Network, l’agglomération de valeurs humaines, d’activités citoyennes et professionnelles. Lire la suite »

Un article du Ouest France du 14 avril rendait compte d’une enquête réalisée par l’Université Européenne de Bretagne (UEB) auprès des docteurs Bretons. On y apprend que les titulaires d’un doctorat  trouvent principalement des emplois dans le public, dans les grands comptes et que seulement 2/5 restent en Bretagne. Du coup, la journaliste nous rappelle ce fort pratique concept de fuite des cerveaux …

Le problème, c’est que la fuite des cerveaux a bien vécu entre autres parce que les chercheurs sont des êtres sociaux et non des cerveaux individuels, et que de plus ils continuent de se former au cours de leur expatriation, mais bon, là n’est pas le sujet….

À l’image des grandes nations diasporiques (Chine, Inde) et des plus petites (Irlande, Écosse), il reste à la Bretagne d’imaginer comment tirer parti de ses expatriés et non pas de rester là à les regarder s’en aller. Même s’ils sont à l’étranger ou à Paris, ces Bretons n’en restent pas moins intéressés par ce qui se passe en Bretagne. Encore faut-il les solliciter, et leur donner les moyens d’intervenir à distance, ou pas. Lire la suite »